Notre église

L’édifice actuel du XIXème siècle a remplacé celui du XVIIème siècle qui présentait de nombreux problèmes, une partie de la voute s’étant effondrée en 1843.

Les paroissiens de l’époque eurent à choisir entre 3 projets différents. C’est celui présenté par l’ architecte Monsieur Loupos en résidence d’abord à Luchon ensuite à Pau qui sera retenu.

De style néo roman, la pose de la première pierre aura lieu en juillet 1859. La construction de la nef dirigée par Monsieur Saïssac entrepreneur à Bessières (Haute-Garonne) durera 9 ans. Durand cette période les offices seront célébrés dans la vieille Halle (ancien centre de secours).

Une deuxième tranche de travaux comprenant la construction du clocher, de la sacristie et des chapelles latérales sera réalisée entre 1870 et 1876.

L’intérieur est très sombre, cela a été voulu pour favoriser le recueillement. Plus large que haute, cette église à trois nefs est entièrement recouverte de peintures.

La porte latérale, côté place de le Résistance, devait donner accès au baptistère qui ne sera jamais construit. Transformée quelques temps en placard de rangement, elle a été rouverte pour servir d’issue de secours il y a environ 30 ans. La commune et la paroisse ont eu beaucoup de mal à financer la construction de cet édifice. A plusieurs reprises, il sera fait appel à la générosité des Saint Paulais. Dans les registres des comptes de l’époque on peut trouver tous les détails des différents dons.

Ceux qui avaient de l’argent ont donné selon leurs moyens, ceux qui n’en possédaient pas se sont engagés à travailler directement sur le chantier en proposant des journées de labeur avec leurs attelages pour transporter les divers matériaux de construction, ou des journées de main d’œuvre d’hommes, de femmes et même d’enfants !

Toujours dans les archives on peut lire la répartition des frais pour les magnifiques décors intérieurs de l’église. La commune a pris en charge les vitraux réalisés par les ateliers du maître verrier Gesta de Launaguet près de Toulouse. Le Conseil de Fabrique a financé les différents autels de Birabent sculpteur très connu dans le midi toulousain.

Nous pouvons affirmer aujourd’hui, à la lecture des différents documents, le rôle important de la baronne Charlotte Zoé de Scalibert. En effet, c’est elle qui a financé les très beaux tableaux du chemin de croix (auteur inconnu) et surtout les magnifiques peintures murales à l’intérieur de l’église. L’auteur de ces peintures est le célèbre peintre Bernard Bénezet (1835-1897) spécialiste de l’art religieux au XIXème siècle. Il a réalisé les peintures de plusieurs églises et cathédrales. On lui doit notamment les « cartons » qui ont servi au Père Léon Valette pour décorer l’église Notre Dame de la Drèche près d’Albi. Cette église est classée « Monument Historique ». Bernard Bénezet a également réalisé les décors muraux de nombreux théâtres, notamment le plafond du Capitole à Toulouse.

Dans le chœur, Bernard Bénezet a synthétisé la vie du Saint patron de l’église en représentant la conversion de St Paul sur le chemin de Damas, au centre de l’abside. Le panneau de gauche représente l’Apôtre dans une barque alors que ses disciples sont à genoux sur le rivage, attristés par son départ Il s’agit de l’adieu à Milet. Le panneau de droite représente l’Apôtre sur une tribune, écouté par une assemblée d’hommes. Il s’agit de la prédication à l’aréopage d’Athènes.

D’après Christian Mange, professeur d’histoire de l’art à l’université de Toulouse et auteur d’une thèse sur Bernard Bénezet, notre église présente un intérêt majeur dans l’œuvre et la carrière de ce peintre. Il souligne, en particulier, la splendeur de la chapelle de la Vierge où l’on peut admirer la finesse des traits des visages des peintures murales.

Au dessus de l’autel figure l’annonciation faite à la Vierge Marie ; tout en haut on peut admirer le couronnement de Notre-Dame. Dans cette chapelle on peut remarquer le bas relief qui orne le bas de l’autel. Cette sculpture représente la dormition de la Vierge. Elle est d’inspiration purement byzantine. Le meilleur hommage que nous puissions rendre  à nos aïeux, qui ont contribué par leur travail et leurs dons à la réalisation de cette belle église, est l’intérêt que nous portons à cette construction pour la conserver en parfait état. Elle fait partie de notre patrimoine. C’est dans ce but que, en 2007, des démarches ont été faites auprès des services de la Direction Régionales des Affaires Culturelles de Midi Pyrénées. La Commission Régionale s’est exprimée à l’unanimité pour que cet édifice soit inscrit, dans sa totalité, au titre des Monuments Historiques. Ce qui a été concrétisé par arrêté de Monsieur le Préfet de Région au nom de Madame Christine Albanel, Ministre de la Culture, en mai 2008.

Nous devons remercier Madame Wattin-Grandchamp, chargée de mission auprès de la DRAC Midi Pyrénées et Monsieur Christian Mange de l’aide qu’ils nous ont apportée pour l’inscription de cette église ainsi que Monsieur l’abbé Pistre qui a su, par les travaux de restauration et de remise en état du mobilier, retrouver l’authenticité de cette belle église du XIXème siècle, unique dans notre région.

Site réalisé par Philippe Viala - www.videoviala.com